Les Actualités du LOG

Retrouvez l'essentiel de nos communiqués

Impact De L’Acidification Océanique Sur Le Planton Océanique Calcifiant : De L’Échelle Cellulaire Au Cycle Du Carbone

L'émission massive sur une très courte période de temps de gaz à effet de serre d’origine anthropique a des effets déjà mesurés sur le climat et les écosystèmes. Si le facteur déclenchant de ces perturbations paraît simple, les contraintes qui s’exercent sur les écosystèmes marins dont le phytoplancton sont en réalité complexes car multiparamétriques : augmentation des pCO2, baisse du pH de l’eau de mer, augmentation des températures. L'objectif de ce projet doctoral est de disséquer la part relative de ces trois perturbations sur un groupe de phytoplancton clef de la pompe biologique du carbone, mais particulièrement vulnérable à l’acidification océanique, car calcifiant, les coccolithophoridés. Il vise ainsi à comprendre les processus biogéochimiques du changement climatique en transcendant la réponse uniquement holistique obtenue jusqu’ici sur la fixation de carbone par le phytoplancton. Le projet mettra en œuvre une démarche transdisciplinaire et multi-échelle de la cellule au cycle global. La réalisation des objectifs s’appuie sur des culture ambitieuses en laboratoire visant à exposer différentes espèces et morphotypes de coccolithophoridés sur une matrice de perturbations pCO2 x pH x température s’appuyant sur les scénarii émittifs (RCP) du GIEC. Outre des mesures de routine de l'efficacité de la photosynthèse et de la calcification en réponse à l’acidification des océans, l’originalité du projet tient à la mesure de la plasticité du fonctionnement cellulaire et de la calcification via des mesures morphométriques à ultra-haute résolution (MEB-FEG) des biominéraux calcitiques produits intracellulairement (coccolithes) et des traçages isotopiques des flux de carbone trans- et intracellulaires (IRMS).

Modalités pour postuler

J'envoie mon CV et ma lettre de motivation