Accueil > Productions > Thèses soutenues > Thèses soutenues en 2019

Soutenance de thèse de Esther Uzoma Kadiene

par Valérie PLOUVIN - publié le , mis à jour le

ESTHER UZOMA KADIENE Doctorante ULILLE LOG soutiendra sa thèse intitulée :
EFFET DE LA TOXICITE DES METAUX TRACES SUR LES COPEPODES CALANOÏDES : APPROCHE EXPERIMENTALE


Date :
8 juillet 2019
Lieu : Lilliad, campus Cité Scientifique de l’Université de Lille

Jury :

Directeur :
M. SAMI SOUISSI, Professeur des universités

Co-Directeur :
M. JIANG - SHIOU HWANG, Professeur des universités

Président du jury :
M. BAGHDAD OUDDANE, Professeur des universités

Rapporteurs :
Mme ISABELLA BUTTINO, Directeur de Recherche
M. HANS - UWE DAHMS, Professeur des universités

Membres du jury :
M. HONG - YI GONG, , Professeur agrégé
Mme MICHELE TACKX, Professeur des universités

Résumé :

En raison des préoccupations croissantes concernant le devenir de l’écologie des copépodes face à l’augmentation des polluants environnementaux, plusieurs études sont en cours. Cette thèse cible les facteurs biotiques qui influent sur la toxicité des métaux chez les copépodes calanoïdes. Tout d’abord, la toxicité du cadmium (Cd) entre deux copépodes de l’ordre ; calanoida Eurytemora affinis (Poppe 1880) d’une région tempérée (estuaire de la Seine, France) et Pseudodiaptomus annandalei (Sewell 1919) d’une région subtropicale (estuaire de Danshuei, Taiwan), ont été déterminés sur la base de leur sexe et de leur état de reproduction. Les résultats de cette étude ont révélé que les deux copépodes avaient des niveaux de sensibilité différents à la toxicité du cadmium et que leur sensibilité au cadmium était également fortement dépendante de leur sexe et de leur état de reproduction. En outre, une étude de la toxicité du cadmium dans les traits de vie du copépode a été testée en utilisant P. annandalei comme espèce modèle. Les résultats ont révélé que la toxicité du cadmium était également dépendante du stade de développement des copépodes. De plus, le Cd a eu un effet négatif sur la croissance, la reproduction et la durée de vie du copépode. Afin de comprendre la raison de la sensibilité au cadmium spécifique au sexe, la bioaccumulation du cadmium chez les deux sexes a été réalisée. De plus, dans les environnements naturels, les copépodes peuvent bioaccumuler les métaux via une voie directe dans l’eau ou via les aliments consommés. Dans un premier temps, des essais préliminaires ont été effectués pour identifier la cinétique de bioaccumulation des méatux chez les micro-algues utlisées pour nourrir les copepods. L’accumulation du Cd dans les microalgues a été testée en exposant Diacronema lutheri dans différentes conditions de salinité et température. À la fin, il a été observé que l’augmentation de la température et la faible salinité favorisent l’absorption de Cd par les micro-algues. P. annandalei a ensuite été exposé au cadmium dans l’eau et par le biais de son régime alimentaire, en utilisant les informations fournies par les résultats ci-dessus. Cette expérience a révélé que l’absorption de Cd par P. annandalei provenait nettement plus d’eau que de la nourriture. Une hypothèse a été développée sur les raisons pour lesquelles l’absorption de Cd par l’eau par les copépodes était plus élevée que par l’exposition par Cd via l’aliment. En d’autres termes, l’absorption de métaux par l’eau est une voie plus importante dans la bioaccumulation des métaux que par la voie alimentaire en raison de l’absorption orale. L’hypothèse a été démontrée en exposant les copépodes à un colorant alimentaire et, à l’aide d’un microscope, il a été constaté que le colorant était entré dans l’intestin du copépode par l’ouverture de la bouche. L’absorption orale d’eau par le copépode a été confirmée par un test de bioaccumulation. Une étude moléculaire sur le test transcriptomique et l’expression différentielle spécifique au sexe du copépode de P. annandalei exposé au Cd a été réalisée. Les résultats ont montré que les copépodes de P. annandalei répondaient à la toxicité du cadmium de manière spécifique au sexe, et expliquaient pourquoi la femelle était moins sensible au cadmium que les copépodes mâles. De plus, l’exposition multigénérationnelle de P. annandalei au cadmium a montré un développement possible de l’adaptation, en particulier chez les copépodes femelles. Bien que les copépodes puissent développer des mécanismes adaptatifs pour tolérer les produits chimiques toxiques, une concentration croissante de métaux dans le milieu aquatique ainsi que des transferts de métaux par la mère sur plusieurs générations pourraient augmenter la concentration de copépodes. Une exposition à long terme pourrait réduire leur forme, compromettant ainsi la structure de la population de copépodes. Cette étude a montré que la mortalité, les traits d’histoire de vie et les réponses moléculaires des espèces modèles peuvent fournir d’importants bioindicateurs pour l’évaluation des risques environnementaux.

Mots clés : Cadmium, Toxicité, Copépode calanoïde, Sexe, Traits d’histoire de vie, Bioaccumulation, Absorption orale d’eau, Transcriptome, Multigénération.