Nos tutelles

Centre National de la Recherche Scientifique

Rechercher



Accueil > A la une

Soutenance de thèse de Baptiste Voltz

par Valérie PLOUVIN - publié le , mis à jour le

Baptiste Voltz (Doctorant ULCO LOG) soutiendra sa thèse intitulée :
Dynamique de la matière organique dans les estuaires picards : caractérisation des faciès biosédimentaires et quantification des processus de minéralisation benthique

Date : 11 décembre 2020
Lieu : Salle de conférences à la MREN LOG à Wimereux et visio

Directeur de thèse :
Lionel Denis (Université de Lille)

Encadrante de thèse :
Swanne Gontharet (Sorbonne Université)

Rapporteur :
Valérie Mesnage (MCF - HDR - Université de Rouen Normandie)
Arnaud Huguet (CR CNRS - HDR - Sorbonne Université)

Examinateur :
Alain Trentesaux (PR - Université de Lille)
Damien Cardinal (PR - Sorbonne Université)

Membre invité :
Sandric Lesourd (Université de Caen Normandie)
Nicolas Spilmont (Université de Lille)

Résumé :
Les estuaires assurent une production élevée et le transfert d’une grande quantité de matière organique (MO) du continent vers l’océan. Une étape importante pour comprendre les échanges de MO à l’interface continent – océan, le long de la côte française de la Manche Orientale, est d’établir un bilan de MO dans les trois plus grands estuaires : la Canche, de l’Authie et de la Somme.
Dans ce but, il a été réalisé une description sédimentologique et biologique du sédiment de surface et une caractérisation élémentaire et isotopique distinguant l’origine de la MO sédimentaire. La caractérisation du sédiment de surface été réalisée, de l’étage proche subtidal à supratidal, le long de transects transversaux au fleuve, constituant un réseau de 36, 37 et 39 stations respectivement pour l’estuaire de la Canche, de l’Authie et de la Somme. À partir de cette approche cartographique, un transect représentatif dans l’estuaire de la Canche et de l’Authie a été sélectionné, dans le but de quantifier la minéralisation benthique de la MO sédimentaire, le long du gradient tidal et finalement d’établir un bilan de la dégradation de la MO à l’échelle de l’estuaire.
À partir de la caractérisation sédimentologique et biologique du sédiment de surface, le paysage estuarien a été défini selon quatre faciès biosédimentaires : les bancs et plateformes sableuses, les vasières, le bas et le haut des prés salés. Il a été démontré que la répartition de la MO à l’échelle de l’estuaire est contrôlée par la distribution de ces différents faciès biosédimentaires. En effet, les sédiments sableux sont soumis à des contraintes hydrodynamiques importantes dans lequel le dépôt de la MO est limité. En revanche, la MO se dépose préférentiellement dans les lieux où les sédiments fins s’accumulent tels que les vasières et les prés salés. Ces deux environnements sédimentaires sont soumis à des contraintes hydrodynamiques plus faibles, plus particulièrement les prés salés, où la végétation favorise le dépôt et limite la remise en suspension de la MO sédimentaire. En effet, les fortes quantités de MO sédimentaire mesurées dans les prés salés sont issues de la contribution des halophytes en C3 dominant le haut des prés salés. Néanmoins, notre étude montre que la MO déposée le long du gradient tidal est aussi dépendant de l’apport de MO particulaire provenant des communautés phytoplanctoniques fluviatiles et marines/estuariennes. De plus, cette étude a mis en évidence des différences géomorphologique avec un état de maturité des prés salés avancée dans l’estuaire de la Canche, une progradation du pré salé en rive Nord dans l’estuaire de l’Authie et une régression du pré salé, en rive Nord dans l’estuaire de la Somme, issue d’un comblement avancé.
À l’immersion et à l’émersion, les vasières et les prés salés ont une contribution plus importante que les sédiments perméables à la minéralisation benthique. Paradoxalement, le bilan de la minéralisation benthique, relève une contribution non négligeable des sédiments perméables dans l’estuaire de l’Authie, étant donné leur vaste répartition à l’échelle de l’estuaire. Il a été démontré que la variation spatiale de la minéralisation benthique repose sur les caractéristiques sédimentologiques des faciès biosédimentaires mais aussi sur les facteurs biologiques tels que la macrofaune benthique, le microphytobenthos et le système racinaire des halophytes. Cette thèse contribue à une meilleure définition du rôle des estuaires picards dans le cycle de la MO et permet un premier pas vers la quantification d’un bilan de MO dans les trois principaux estuaires de la Manche Orientale.
Mots clefs : estuaire, faciès biosédimentaire, matière organique, minéralisation benthique, bilan de matière.