Accueil > Emplois/Thèse > Sujets de thèses ouverts à candidature pour 2019

Organisation saisonnière des communautés microbiennes planctoniques en relation avec la diversité et l’écologie d’espèces responsables d’efflorescences

par Valérie PLOUVIN - publié le , mis à jour le

Université de rattachement : ULCO
Durée : 36 mois

Directrice de thèse : Urania Christaki (LOG ULCO)
Co-encadrement : Felipe Artigas (MCF), Alice Delegrange (MCF)

Résumé :

En Manche orientale, Les premiers résultats de l’action 2.3 du (CPER MARCO indiquent que plusieurs taxons planctoniques opportunistes marquent la succession écologique par des proliférations momentanées, surtout pendant la période de "récupération post-Phaeocystis efflorescence" de l’écosystème. Ces organismes appartiennent à des groupes phylogénétiques différents (voire différents domaines du vivant) comme des bactéries, eucaryotes microbiens hétérotrophes, phytoplancton potentiellement toxique et parasites eucaryotes dont les points communs sont leur petite taille et leur taux de croissance très rapide. Notre objectif est de caractériser la diversité et de comprendre les paramètres environnementaux et biologiques sous-jacents qui gouvernent la succession d’efflorescences d’organismes planctoniques - autres que Phaeocystis mais également opportunistes - en Manche Orientale. Notre hypothèse est que ces espèces répondent à des conditions physico-chimiques et biologiques concomitantes et très spécifiques, conditionnées par les concentrations en nutriments, mais également par l’accumulation de matière organique due à l’efflorescence printanière massive de Phaeocystis. Ces espèces jouent donc des rôles cruciaux dans le fonctionnement naturel de l’écosystème - par exemple l’utilisation de l’excès de nutriments et/ou de la matière organique accumulée. Cependant, lors de modifications d’ordre climatique (e.g. température influençant la temporalité de l’efflorescence) ou anthropique (e.g. augmentation ou même diminution des concentrations en nutriments), certains de ces groupes/taxons, tels que les endosymbiotes/parasites, le phytoplancton potentiellement toxique et les bactéries, peuvent avoir des conséquences actuellement imprévisibles sur l’écosystème et influencer les plus hauts niveaux trophiques (ex. poissons). L’échantillonnage est assuré dans le cadre des sorties SOMLIT et DYPHYRAD, à une fréquence (hebdomadaire) pendant toute l’année et une période intensive de 2-3 semaines, à raison d’un échantillonnage tous les 2 jours, pendant la période post-efflorescence de Phaeocystis. Un panel de méthodes bien maitrisées par les chercheurs du LOG et leurs collaborateurs sera utilisé comme par exemple de la microscopie, les cultures, le metabarcoding, etc… dont l’équipement nécessaire est présent au LOG. D’après nos observations préliminaires, les organismes candidats privilégiés sont a) les endosymbiotes/parasites eucaryotes en particulier les MALV (Marine Alveolates, un groupe proche aux dinoflagellés), b) les diatomées Pseudonitzshia spp. (potentiellement toxiques) et, c) les bactéries hétérotrophes. Ce projet de thèse sera réalisé dans le cadre du CPER MARCO en Manche Orientale MARCO . Un programme ANR soumis permettra éventuellement d’étendre l’échantillonnage en Atlantique Nord. Pour plus de détails