Accueil > A la une

Soutenance de thèse de Daline Bojolly

le 29 mars 2017, à 9h, amphithéâtre de l’Université du Littoral Côte d’Opale (site de Capécure)

publié le , mis à jour le

Daline Bojolly, doctorante au sein du LOG, soutiendra sa thèse intitulée :

Développement d’une méthodologie de PCR en temps réel pour l’identification et la quantification de trois espèces de thon (Thunnus obesus, Thunnus albacares et Katsuwonus pelamis) dans les produits appertisés

Date : Le 29 mars 2017 à 9h00

Lieu : Amphithéâtre de l’Université du Littoral Côte d’Opale (site de Capécure), Boulevard Napoléon Quai Robert Masset, 62327 Boulogne-sur-Mer

Directrices de thèse :
- Pr Urania CHRISTAKI, ULCO
- Dr Véronique VERREZ BAGNIS, Ifremer Nantes

Rapporteurs :
- Dr Jean-François BAROILLER, CIRAD Montpellier
- Dr Charles MANCEAU, Anses Angers

Examinateurs :
- Dr Agnès DETTAÏ, MNHN
- Dr Thierry GRARD, ULCO

Invitée :
- Lydie REMBUR, Plateforme d’Innovation Nouvelles Vagues

Résumé :

Le thon obèse (Thunnus obesus), le thon albacore (Thunnus albacares) et le listao (Katsuwonus pelamis) comptent parmi les espèces de thon les plus utilisées en conserve. Lors de la fabrication de conserves de thon, la substitution d’espèce et/ou le mélange de différentes espèces de thon sont interdits par la réglementation européenne. L’authentification des espèces de thon reste complexe à cause du degré de similitude élevé entre celles-ci, ou encore, lorsque leurs caractéristiques morphologiques externes sont éliminées au cours du filetage et lors de la mise en conserve. Par conséquent, des substitutions involontaires ou frauduleuses peuvent se produire. Dans cette étude, le marqueur mitochondrial du gène de la sous-unité 2 de la NADH déshydrogénase a été utilisé pour identifier le thon obèse et le gène de la sous-unité II de la cytochrome c oxydase a été utilisé pour identifier le thon albacore et le listao en utilisant la PCR en temps réel basée sur la technologie TaqMan. Deux méthodes différentes basées sur la qPCR ont été développées pour quantifier le pourcentage de chair de chaque espèce présente au sein d’une boîte de thon. La première a été basée sur la quantification absolue avec standard externe réalisée avec les deux marqueurs. La seconde a été basée sur la quantification relative avec standard externe avec le gène endogène de l’ARN 12S. Sur la base de ces résultats, nous pouvons conclure que notre méthode peut s’appliquer pour quantifier les deux espèces de thon albacore et obèse génétiquement très proches lorsqu’elles sont utilisées dans un mélange binaire en conserve.

Mots clés : thon, identification, quantification, appertisation, TaqMan, qPCR, thon albacore (Thunnus albacares), thon obèse (Thunnus obesus), listao (Katsuwonus pelamis)