Accueil > SOMLIT

Présentation du SOMLIT Wimereux

publié le

Le Service d’Observation en Milieu LITtoral (SOMLIT) a été créé en 1995 dans le but de fédérer les efforts d’observation des eaux littorales françaises sur le long-terme. Ce service regroupe actuellement 12 laboratoires de recherches répartis sur tout le littoral français (Wimereux, Luc-sur-mer, Dinard, Roscoff, Brest, La Rochelle, La Gironde, Arcachon, Anglet, Banyuls sur mer, Marseille et Villefranche sur mer), et a été labellisé en 1996 par l’INSU (Institut National des Sciences de l’Univers-CNRS), en appliquant un protocole commun d’échantillonnage et d’analyses, inscrits dans une démarche qualité.

La problématique générale du SOMLIT est d’examiner les changements des écosystèmes littoraux, et de comprendre comment ces écosystèmes répondent à l’impact du changement global (Intergovernmental Panel on Climate Change, Working Group II 2007), et de pouvoir évaluer l’importance de ces impacts par rapport aux effets anthropiques. Dix-sept paramètres (T, S, pH,O2, NH4, NO3, NO2, PO4, Si(OH)4, MES, Chla, Phaeoa, COP, NOP, δ15N, δ13C, et piconanoplancton) sont mesurés sur chaque site, avec une fréquence bimensuelle. L’ensemble des données récoltées est regroupé dans une base de données nationale consultable librement via le site web du SOMLIT , rubrique “Base de données”.

Contexte général

La Manche orientale est une mer épicontinentale peu profonde (<50m), et à fort hydrodynamisme lié au régime marégraphique semi-diurne et mégatidal (amplitude de marée > 8 m en période de vives-eaux). Elle est sous l’influence non seulement d’apports des eaux Atlantiques mais aussi d’apports continentaux (Seine et Somme principalement au Sud, et complexe Rhin-Meuse-Escault en cas de vents forts de Nord-Est). La dérive résiduelle liée aux courants de marées entraîne les eaux vers la mer du Nord, à travers le détroit du Pas de Calais. Les eaux côtières sont séparées des eaux du large par une zone frontale non permanente, la stratification disparaissant en vives-eaux (Brylinski & Lagadeuc, 1990). Cette masse d’eau côtiere, appelées « fleuve côtier » (Brylinski et al., 1991), estt caractérisée par une dessalure relative, et des concentrations en matière organique plus importantes du fait des apports continentaux plaqués à la côte.

Le SOMLIT-Wimereux effectue les prélèvements d’eau à bord du navire océanographique Sepia II, en sub-surface (2 m, point S) et près du fond de la colonne d’eau (point F) à deux stations (point C : 50°40’75 N 1°31’17 E, 1 mile nautique des côtes, et point L : 50°40’75 N 1°24’60 E, 5 miles nautiques des côtes) au sud de Boulogne-sur-mer. Les prélèvements s’effectuent à pleine mer en vive-eaux, ce qui permet de caractériser des eaux typiquement côtières et des eaux dites ‘du large’.

En plus du suivi long-terme des 17 paramètres mesurés à l’échelle nationale, le SOMLIT-Wimereux effectue un suivi long-terme du plancton (bactério-, phyto-, proto- et mesozooplancton). Il constitue donc un véritable soutien pour la recherche en océanologie côtière.